Opinion social-tv-forecast

Published on mai 11th, 2014 | by Sanjay d'Humières

14

La Social TV est-elle morte ?

The following two tabs change content below.

Par Sanjay d'Humières

Managing Director chez TVSocialite
Sanjay d’Humières est Directeur Général de TVSocialite, une agence spécialisée dans le domaine de l' « Audience Engagement » télévisuel et de la communication digitale. Chez Frementle Media UK, Sanjay a travaillé sur les stratégies SocialTV des formats X Factor, Nouvelle Star et Incroyable Talent au Royaume-Uni et a forgé son expertise dans le secteur en France et en Grande-Bretagne. Sanjay intervient actuellement en tant que freelance dans le département Marketing & Audiences de la BBC (Londres) au sein du Service Client Téléspectateurs. Il est diplômé de l’University of Westminster de Londres en Media Management et enseigne à Huddersfield en Master de Digital Media Cultures.

Derniers articles parSanjay d'Humières (voir tous)

Dans un article publié récemment sur GigaOM, Janko Roettgers évoquait l’avenir de la Social TV et son sentiment sur constat d’échec. C’est à mon tour de partager mes inquiétudes vis-à-vis de cette industrie, ainsi que les stratégies que nous pouvons mettre en place pour assurer son avenir.

Depuis l’apparition de la Social TV début 2011, le marché s’était très peu consolidé et était saturé de start-ups qui peinaient à trouver des fonds et un avantage compétitif pour assurer leur avenir.

Tout cela est sur le point de changer : après le rachat de Trendrr et BlueFin Labs, Twitter a encore réaffirmé sa volonté d’être le leader du domaine. Le 31 mars, la compagnie faisait deux acquisitions Social TV spectaculaires : celui de SecondSync, une entreprise de recherche analytique située à Bristol, et celui des Français de Mesagraph, témoignant ainsi de leur visée internationale, au-delà des pays anglo-saxons.

twitter-socialtv-mesagraph-secondsync-kantar

Mesagraph et Twitter ont déclaré depuis que leur nouvelle base d’opérations serait située à Londres, ce qui fait de la capitale britannique le nouveau centre névralgique de la Social TV en Europe.

En revanche, les start-ups qui ne sont pas parvenues à séduire les géants de la Social TV risquent de se retrouver dans une situation encore plus périlleuse, à mesure que l’écart se renforce. On estime qu’il y a plus de 50 start-ups dans le domaine de la Social TV en France.

En face, Twitter n’est pas le seul acteur à dominer le marché, malgré son savoir-faire et la valeur inestimable des données qu’il a acquis. L’entreprise canadienne Seevibes a, elle aussi, commencé sa conquête du marché européen par la France en rachetant TvTweet.

La prévalence de Twitter en tant que plateforme pour les usagers me fait douter de l’avenir d’applications extérieures telles que Miso. Leur principal problème est probablement qu’elles se ressemblent toutes.

Des considérations techniques telles que la durée de vie de la batterie sur les smartphones ont poussé les utilisateurs à se concentrer sur une seule application populaire plutôt que de faire des allers-retours entre plusieurs programmes aux fonctionnalités proches.

Il semblerait que les développeurs, malgré toutes leurs qualités, aient oublie un point crucial : la demande du marché.
Dans un article publié récemment sur LostRemote.com, Thiru Arunachalam, PDG et cofondateur de Peel, a affirmé que « Twitter a gagné la bataille et les entreprises de Social TV sont mourantes ou déjà mortes. » Il se pourrait bien qu’il ait raison.

Yahoo a récemment fermé IntoNow et Zeebox a été relancé sous le nom « Beamly », une application dédiée aux femmes – autant de preuves que toutes les plateformes n’attirent pas les investisseurs ou les fusions-acquisitions, ce qui les rend particulièrement vulnérables.

TvTag

Les développeurs et les experts du domaine ont passé plus de trois ans à mettre en place les idées destinées à monétiser leurs concepts et leurs innovations. La lutte entre les divers acteurs a été si acharné qu’ils ont perdu de vue le plus important : la manière dont ils sont perçus par les internautes.

Ces problèmes de crédibilité se sont fait sentir au début de l’année durant les NRJ Music Awards 2013, diffusés en France par TF1. Les chiffres des diverses entreprises qui devaient compiler les données différaient de presque 600 000 tweets ! Cette marge d’erreur inacceptable a souligné le besoin qu’ont les compagnies de travailler « en bonne intelligence » pour développer des méthodes d’analyse standardisées. Il est nécessaire pour elles de prouver que le secteur de la Social TV est crédible et peut participer activement à accroître les ventes publicitaires des médias.

J’espère qu’on parviendra à atteindre pour la Social TV, un standard du même ordre que Médiamétrie en France ou BARB au Royaume-Uni, si ces décisions ne sont pas prises et que les partenariats ne sont pas mis en place, tout ce que nous arriverons à faire est nous rendre ridicules. Mais le mouvement est semble-t-il lancé : à l’heure où j’écris cet article, Twitter et Médiamétrie viennent d’annoncer leur collaboration. Il va désormais falloir attendre d’en voir les conséquences à moyen et long terme.

Le secteur de la Social TV est voué à se consolider d’annonces en annonces, et à mesure aussi que la taille de l’écosystème se réduit. Il est temps désormais de reporter nos efforts sur l’édification d’une industrie de qualité, tournée vers l’avenir et décidée à fournir les chiffres les plus solides et les plus précis possible.

Il ne faut pas prendre mes réserves pour du pessimisme : je crois, bien au contraire, que la Social TV a un avenir. A condition de montrer que nous sommes prêts à travailler ensemble sérieusement, et que même si nous nous amusons dans notre domaine, ce sont avant tout les résultats qui comptent.

Nous avons atteint un point d’orgue : aujourd’hui, nous avons la possibilité de révolutionner la manière dont les spectateurs regardent la télévision, de comprendre et de mettre en contexte leurs pensées, leurs réactions, leurs commentaires. C’est pour cette raison que les médias ont besoin de nous, et si nous parvenons à remplir nos promesses, la Social TV ne mourra pas.

The following two tabs change content below.

Par Sanjay d'Humières

Managing Director chez TVSocialite
Sanjay d’Humières est Directeur Général de TVSocialite, une agence spécialisée dans le domaine de l' « Audience Engagement » télévisuel et de la communication digitale. Chez Frementle Media UK, Sanjay a travaillé sur les stratégies SocialTV des formats X Factor, Nouvelle Star et Incroyable Talent au Royaume-Uni et a forgé son expertise dans le secteur en France et en Grande-Bretagne. Sanjay intervient actuellement en tant que freelance dans le département Marketing & Audiences de la BBC (Londres) au sein du Service Client Téléspectateurs. Il est diplômé de l’University of Westminster de Londres en Media Management et enseigne à Huddersfield en Master de Digital Media Cultures.

Derniers articles parSanjay d'Humières (voir tous)

Tags: , , , , ,


14 comments
tv_socialite
tv_socialite

@Anthony Smith Chaigneau 

Bonjour Anthony,


Aujourd'hui nous avons besoin à la fois de quantité et de qualité. Quantité pour justifié du succès d'une campagne SocialTV et qualité pour mieux comprendre les attentes des téléspectateurs par rapport à une émission et ces diverses composantes. La contextualisation des conversations sociales et importante et je pense que le secteur commencera a ce pencher sur la question dans les années à venir. Cependant la qualité des conversations ce repose essentiellement sur la qualité des contenus. Dossier à suivre...


Sanjay d'Humières

DG TVSocialite

Londres, GB

Back to Top ↑